Omb rese tlu mières

Seul, avancé au bout des terres, il se dresse en dispensant sa lumière. Chaque nuit est un nouvel adversaire qu’il doit vaincre, qu’il doit mettre à terre. Seul, avancé si loin dans cette étendue d’eau, Il est indispensable. C’est son héroïque fardeau. Pourtant, il ne peut éclairer partout et tout le temps, alors il tournePoursuivre la lecture de « Omb rese tlu mières »

Un coup de poker

Ça faisait des jours qu’il les observait, tapis dans la végétation rare de la toundra. Cette fois, il en avait attraper un. Il l’avait prit au collet. Sa patience avait fini par porter ses fruits. Ça tenait du dernier pari. Ça faisait des lustres qu’il n’avait pas pu satisfaire son ventre creux. Ses dernières réservesPoursuivre la lecture de « Un coup de poker »

Le jour de la carpe

Qu’adviendra-t-il quand on se rendra compte que ceux qui ont transmis ne sont que des abrutis, émules d’une civilisation de l’immédiat et qui se targue d’être avancée ? Pour avancer, elle avance. À rebours, toujours plus loin vers un nihilisme aveugle où l’argent est un ersatz de bonheur en conserve et on nous vend l’ouvre-boîtePoursuivre la lecture de « Le jour de la carpe »

Apnée

Quand c’est le matin et que mes paupières refusent de laisser entrer la lumière, quand mon corps tout entier est incapable de bouger Prisonnier entre sommeil et réel Il s’écoule de longues minutes telles les ombres qui grandissent au couchant de la veille. Toutes semblables, toutes pareilles. Toutes drapées de noir et portant le deuil.Poursuivre la lecture de « Apnée »

Le charisme

Parlons peu et parlons bien. Ça va nous changer de la langue de bois encore que, bûcheron que je suis, je lui trouve un certain charme ou tout du moins une élégance car, si elle n’a pas pour vocation la vérité, elle a le mérite de distraire et quitte à aller de mal en pis autant prendre du plaisir pendant qu’on se fait tondre.

Épiphanie

Je m’adosse aux murs d’un ancien temple érigé pour le don de l’amour mais pas pour qu’on lui rende La ruine de Rome et la perce-muraille me contemplent Elles, c’est la pluie qu’elles attendent. Ce lieu, abandonné des hommes construit à la gloire d’un paradis, éphémère décorum Ce lieu, tas de pierres inanimé Il est,Poursuivre la lecture de « Épiphanie »

L’homme à tout faire

Phylémon parlait peu et quand il parlait, les gens disaient qu’il brodait, qu’il affabulait. Alors il se taisait la plupart du temps. Mais moi, je m’en foutais pas mal de ce que les autres pensaient, car à chaque fois que Phylémon me racontait une histoire, il m’emmenait avec lui, loin de notre quotidien crasseux. AucunPoursuivre la lecture de « L’homme à tout faire »