Il m’a toujours été agréable de choisir pour mélodie le silence de la solitude. Cet espace de face à face du « Moi » et du « Je ». Ce monologue interactif. Ce que « Je » (ce que je crois être), comprend du « Moi » (ce que je suis). Et puis il y a cette histoire de libre arbitre, si chère à mon égo, ce qui nous définit comme Humain et donc supérieur.