Tel épris qui croyait prendre

Il était une fois, un merveilleux animal,
pétillant et pourtant considéré banal.
Ses yeux étaient brillants et bandés de noir.
Il préférait, au soleil de midi, la tendre douceur du soir.

Curieux de tout et dépourvu de malice, il voulait tout savoir,
du savon à l’hélice, en passant par le fer à repasser le linge.
C’était un drôle de phénomène et malin comme un singe.
Il avait quitté depuis peu le giron parental. C’est le début de l’histoire.

Un jour qu’il faisait nuit, le matin donc, l’animal en goguette
dégotta, on ne sait trop comment, un morceau de barbapapa.
Fier comme Artaban, chargé de son butin, il se mit aussitôt en quête.

Il fallait nettoyer la prise puisque l’animal est laveur, preste et délicat.
Aussitôt dans l’eau, le morceau se dissolvait, disparu le gueuleton.
Il n’en restait rien de plus qu’une rumeur mais qui se soucie du candide raton ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s