Óneiroi

J’ai envie de te cueillir le ciel,
de t’en faire un coffret, un bijou, une étincelle.
Comme on accroche, alangui,
des fleurs aux épaules des filles.

Au creux de ton cou,
j’ai envie de te murmurer
des mots fragiles,
des mots tranquilles.

À l’orée de ta joue,
j’ai envie de m’enivrer
de ton parfum subtil,
de ton parfum fébrile.

J’ai envie de te respirer, de mourir
de tes moues quand tu expires,
de rire, de m´en briser et je rêve
à la naissance de tes lèvres.

Tout comme le ferait le rêveur éveillé,
j’ai envie d’être ta peccadille, ta pacotille.
J’ai envie de te cueillir des jonquilles,
les nuages autour et de t’en faire un baiser.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s