Ad personam

Il avait sorti sa dernière clope.
Un peu comme son dernier espoir.
Il tapotait ses poches et cherchait
de quoi l’allumer. Tout sonné qu’il était.

Il s’était assis à même le trottoir.
Il se foutait pas mal des autres et de leur regard.
Quand il avait appris la nouvelle, il avait voulu prendre l’air
dans un parc puis il était reparti. Qu’est ce que ça pouvait bien faire ?

Y avait une mère qui passait avec son minot,
sur le trottoir d’en face. Le gamin lui sourit.
Ça fait du bien, il lui sourit aussi.
La mère détourna le regard du minot.

Encore une qui étouffera à grands coups d’interdictions
le peu d’humanité qu’il y avait dans le marmot
quand il savait encore poser des questions
que les adultes ne se posent plus jamais

Il était triste pour le mouflet
et toujours sans briquet
C’est comme ça, il y a des journées,
tu le sens, faudrait rester couché.

Pourtant, il s’était levé une nouvelle fois.
Il le fallait mais il ne se souvenait plus pourquoi
Pas plus que de l’endroit où il avait
égaré son minuscule pauvre petit briquet

Il était fourbu, abattu, perdu.
Il faudrait bien que ça aille.
Qu’est-ce qu’il avait foutu
de son zippo en ferraille ?

Ça n’avait plus vraiment d’importance.
Certaines bonnes âmes lui diront que c’est une chance.
Qu’elles s’étouffent donc avec leur charité chrétienne !
Se mêler de la vie des autres, c’est une façon de fuir la sienne.

Il devina du coin de l’œil une robe rouge qui arrivait.
Il rangeait ses cannes histoire de pas gêner
La robe fît un faux pas, il la rattrapa de justesse,
la redressa puis regagna la distance de courtoisie en vitesse

Elle le rattrapa. Elle avait les mains douces, délicates.
Elle le remercia en lui tendant son briquet en hâte.
Il la regardait sans comprendre. Elle lui demanda :
« C’est bien votre briquet ? Il est assez unique celui-là »

Il était resté sur le banc dans le parc juste à côté.
Elle l’avait vu partir quand elle arrivait et elle l’avait enfin rattrapé.
Elle voulait le lui redonner. Un briquet comme celui-ci,

on devait y tenir alors elle s’était décidé et l’avait suivi.
Il la regarda partir. Il y avait comme un petit goût de paradis.
La vie, c’était peut-être pas si pourri.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s