Omb rese tlu mières

Seul, avancé au bout des terres,
il se dresse en dispensant sa lumière.
Chaque nuit est un nouvel adversaire
qu’il doit vaincre, qu’il doit mettre à terre.

Seul, avancé si loin dans cette étendue d’eau,
Il est indispensable. C’est son héroïque fardeau.
Pourtant, il ne peut éclairer partout et tout le temps,
alors il tourne sur lui-même comme le ferait un enfant.

Convaincu que le monde existe parce qu’il le regarde,
Convaincu que la ronde persiste et qu’il doit être en garde,
Il commence à haïr la nuit et veut la terrasser par sa lumière.
Il s’en est convaincu jusque dans sa moindre prière.

Pourtant, ce n’était pas là son rôle, son à venir.
Il devait signaler les récifs immergés aux navires,
les tenir éloignés de lui. Une solitude forcée, un condamné
qui sauve bien des vies et qu’il ne verra jamais.

Il a choisi de haïr la nuit et de faire de sa vie, une folie.
Il a oublié deux choses en plus de l’humilité.
Il ne peut être lumière que dans la nuit
et à son pied, toujours, règne l’obscurité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s