Apnée

Quand c’est le matin et que mes paupières
refusent de laisser entrer la lumière,
quand mon corps tout entier
est incapable de bouger

Prisonnier entre sommeil et réel
Il s’écoule de longues minutes telles
les ombres qui grandissent au couchant de la veille.
Toutes semblables, toutes pareilles.

Toutes drapées de noir et portant le deuil.
Quand enfin, je parviens à entrouvrir un œil,
je vois Octobre moqueur accroché aux branches frileuses
que le soleil, timide, embrasse d’une lumière blanche doucereuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s