Ça t’étonne ?

Pardonnez mon entrée sans aucune introduction
mais j’aimerai vous entretenir d’un sujet de friction.
Vous connaissez sûrement mon goût de la fiction
mais c’est un sujet tout autre qui réclame notre attention.

On se sert de la Femme, de l’image
de son corps nu pour exciter l’achat.
Son sein sert à vendre la voiture et son garage
tout autant que de la pâtée pour chat.

Par contre si, par malheur, elle s’en sert
pour nourrir l’enfant parmi ces congénères,
aussitôt on crie à l’infamie, au scandale.
Aussitôt, on dresse les drapeaux de la Morale.

Que la chose serait amusante, qu’elle serait drôle
si elle n’en était pas atterrante. Acceptons son rôle,
mes enfants, cessons ce scénario d’épouvante.
C’est le sein nourricier, pourquoi donc il nous hante ?

À moins que, ça peut arriver, nous n’en ayons jadis,
nous-même, été privé. Alors, dans un élan de justice,
nous crions au scandale ! Au blasphème !?!
Mais quels monstres nous serions tout de même.

Quant à l’excité malade qui ne sait pas se tenir
qui, de l’image de l’homme, ne fait que ternir,
Ce n’est pas le sein nourricier qu’il faudra cacher
mais sa bite, d’un coup sec, qu’il faudrait couper.