Le jour où j’ai pleuré

J’avais oublié que j’existais
tant de miroirs croisés
et aucun qui ne me renvoyait
ce que j’étais.

Bien sûr, des milliers de reflets.
J’étais ce que les gens voulaient.
J’étais un miroir malmené.
Il le fallait si je voulais être aimé.

Ce diktat, je n’en peux plus !
Je veux me tutoyer !
M’en vouloir de mes pas perdus
Me réjouir de mes succès.

Pour moi, par moi
Je m’autorise à exister
A travers moi, au delà de moi
Ancré dans ma réalité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s