Phare

Eh toi ! Je vois bien que tu sombres
Et même si tu as oublié jusqu’à mon nom
Rappelles-toi nos fous rires
Ils sont les clés qui te tireront de tes cauchemars

J’ai beau te tendre la main
Si tu ne me vois pas, comment exister ?
Rappelle-moi nos fous rires

Eh toi ! Le monde n’est pas fait que d’ombres
Et pourtant tu as oublié ton don
Celui de déchirer l’obscurité de ton rire

J’ai beau me tordre vers demain
Si tu ne m’y vois pas, pourquoi y aller ?
Je suis tombé dans ton regard
Il est mon dernier phare

Eh Toi, y a pas d’ombre sans lumière
Et mêmes si les fois se succèdent, il y aura toujours une première.
Ces chaînes qui te blessent jusqu’au royaume de Morphée,
Ce cadenas, qui te scelle,ne pourra pas te retenir,
ton rire en est la clé.
Te souviens-tu de moi ? Je m’appelle gaieté.