Trois courtes

Rendez-vous à l’ombre de nos promesses
Là où nous n’emmenons rien, pas même nos détresses
Jetons bagages, gardons joies et liesses

Célébrons nos divinités païennes, nos véritables déesses
Celles-là même qui font l’éloge de la caresse
Autant qu’elles crachent sur l’humain et ses basses noblesses
Parons les, parons-nous de hardiesse

Laissons les chiens à leur laisse
Ils reviendront meurtris de leur ivresse
Le pouvoir est une ignoble maîtresse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s