Brigantine

Qu’en est-il de nos soupirs ?
Nous les accrochions, de-ci de-là, vulgaires fanions
se languissant d’un vent à faire valser un navire

Prenons garde avant que nous ne nous fanions
de n’avoir eu les envies de ceux qui s’enivrent
et chavirent de quelques secousses ou pire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s