Iphrit

Une chandelle pour seule lumière
C’est le monde qui danse, chancelle. Hésitant.
N’étant plus et étant, pris d’état d’âme

Une chandelle pour toute lumière
C’est les ombres qui reculent aux murs des chaumières
Je dois sortir et Je crains le vent. Je la protège de mille voiles

Une chandelle pour unique lumière
Satané vent, je la veillais cette flamme.
Je sombre dans l’obscurité

La panique me gagne et pourtant ! Pourtant …
La chandelle masquait
les étoiles.