Envol

Pendant que d’autres ignorent, cœurs stériles
Tu restes, désarticulée, abandonnée
Marionnette sans vie

Alors que le monde tourne, toujours fébrile
Tu restes face contre terre
À contempler un reste de ciel
Captif d’une flaque d’eau

Alors que les jours se suivent, serviles
Tu te demandes à quoi ça sert
Pourquoi tout ce fiel

Pendant que d’autres s’enfuient, immobiles
Les poings courroucés
Espérant ta survie

Ils sont malades de la peste, ces animaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s