Envol

Pendant que d’autres ignorent, cœurs stériles
Tu restes, désarticulée, abandonnée
Marionnette sans vie

Alors que le monde tourne, toujours fébrile
Tu restes face contre terre
À contempler un reste de ciel
Captif d’une flaque d’eau

Alors que les jours se suivent, serviles
Tu te demandes à quoi ça sert
Pourquoi tout ce fiel

Pendant que d’autres s’enfuient, immobiles
Les poings courroucés
Espérant ta survie

Ils sont malades de la peste, ces animaux