Un cri murmuré

Si tu veux t’entendre, commence par te taire
Rien ne sert d’être pressé
Et quand, enfin le silence sera
Tu entendras
Quelque chose qui ne marque pas les heures
Un tic-tac tout léger
Un langage binaire

C’est apaisant, sans aucune hâte
Heureux automate
Tu cries ton droit au bonheur
Tu réclames ton dû. Ton butin.
Mais tu n’écoutes pas celui qui connait le chemin
Sans cahot, sans heurt.
Celui-là, c’est ton cœur.