Qu’en est-il de nos soupirs ?

Les réseaux sociaux sont une soupape de sécurité efficace. Chacun déverse dans l’immédiateté sa petite colère et puis ça passe. Sous couvert d’un anonymat informatique, chacun se permet tout car délesté du poids de la conséquence. Nous sommes dans le virtuel après tout. Chacun y va de son petit avis sans prendre la peine de prendre la mesure du sujet. Comme regarder la grandeur du monde à travers un trou de serrure et dire « j’ai tout vu ! » Voir le monde à travers l’ombre qu’il projette sur le mur d’une grotte. L’immédiateté supprime la réflexion. Une débilocratie où la surenchère est de mise. Drogués aux pouces bleus ou verts. Dis, tu m’aimes ? Tu m’aimes, alors j’existe ? Le sytème est corrompu. Ce qui se voulait partage est devenu l’hôtel de l’égo (et autres selfies).

2 commentaires sur “Qu’en est-il de nos soupirs ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s