Rien autant que tout

Assailli d’une mélancolie sauvage
Flottant entre deux mondes
Ne sachant plus rien

Désapprennant tout

Je devine ton visage
Alors que d’autres sondent
Des univers lointains

Tu étais mon Tout

J’ai évité tellement de naufrages
Et tous ces gens qui abondent
Dans de théoriques Demains

Je me fous de tout

J’ai étouffé tellement de rage
Alors que d’autres grondent
Sur quelques petits vauriens

Minables risque-tout

Mais n’oublions pas l’usage
Célébrons d’une ronde
Autant que de vin

La vie qui s’échappe. C’est tout

Mais ce visage
Qui inonde
Ce sourire divin

Je risquerai tout