Qu’importe la forme

A tous ceux, sachant tout
A tous ceux, plus vieux que leurs ainés
A tous ceux, drapés de leur fierté amère
A tous ceux, enfin qui s’assourdissent d’eux-même

C’est la vie qui vous effraie

S’aveugler,
N’empêche pas la terre de tourner
C’est cela qui vous effraie

Accepter l’insignifiance
Aller de l’avant sans défiance
Sachant pertinemment que la chute
Sera le futur immédiat

C’est la suite d’échecs qui fait la réussite
Alors à quoi bon s’engoncer dans cet illusoire confort
Alors à quoi bon se persuader qu’on sait déjà tout
Alors à quoi bon vivre ?

Vivre, c’est la perpétuelle remise en question
C’est cultiver avec délice
La surprise du lendemain
Se réveiller, et pouvoir vivre un jour de plus