Prison tactile

Messieurs, Mesdames je vous le dis
Cette fin de siècle me paraît néfaste, non
Pas pour le devenir du monde, non
Seulement j’entends un murmure, un son

Sans, pour autant, pouvoir vous préciser son nom
Mais se sera la fin des rêveries
Les derniers romantiques seront morts
L’ordinateur sera roi, il décidera de notre sort

Enfermés dans des pièces, le contact physique
Ne sera plus, cette chimérique
Chose que l’on nomme  » amour » ce fera

Par le biais de la machine, et on souffrira
De cet isolement tactile
Car même s’il est futile

Le réconfort passe par le toucher
Mais tout cela sera terminé