Dryade

Il était une fois, un petit garçon qui ne voyait pas toutes les couleurs. Quel étrange petit garçon disaient les gens. L’enfant s’en moquait. Était-ce vraiment important ? C’était vrai qu’il ne voyait pas toutes les couleurs. Et alors ? Le peu qu’il voyait n’avait que plus d’importance.

Lors d’une de ses sorties, il découvrit une petite chose nichée entre deux racines d’un hêtre. Il cru d’abord que c’était une grosse pierre mais sa forme était particulière. Cela l’intriguait et la curiosité était forte. Il toucha du bout du doigt, c’était chaud. Il approcha une oreille. Il entendit un cœur battre. Il se dit que ce cœur pourrait l’entendre. Il ne pouvait s’empêcher de sourire. « Je vais prendre soin de toi » dit-il à la drôle de pierre.

Le petit garçon lui fit un abri et allait lui parler tous les matins. Puis, un jour, il entendit une petite voix venant de l’intérieur de la pierre.

— C’est comment dehors ? Raconte-moi les couleurs.

Comment pouvait-il lui décrire les couleurs du monde ? Il ne les voyait pas lui-même.

— C’est comment dehors ? Raconte-moi ! demanda la petite voix à nouveau.

L’enfant eu une idée, il lui parlerait de la lumière et de la chaleur sous les rayons du soleil. La petite voix demandait toujours plus de récits et le petit garçon lui racontait de mieux qu’il pu tout ce qu’il voyait. Il était heureux de pouvoir discuter. Le temps s’écoula paisiblement jusqu’au jour où la petite voix dit:

— Il faut que je m’endorme, merci de m’avoir raconté le monde.

La petite voix n’avait jamais demandé à dormir et puis il n’avait pas pu lui décrire les vraies couleurs que les gens normaux voyaient. Le petit garçon se sentait mal pour ça et il était très inquiet, il ne voulait pas perdre son amie. Il décida de rester à ses cotés. Il ne voulait pas la laisser toute seule. Il savait trop bien ce que c’était. Le petit garçon veilla la petite voix aussi longtemps qu’il le pu. Puis, vaincu de fatigue, Il finit par s’endormir.

Au petit matin, le garçon s’éveilla en sursaut. Quelque chose n’allait pas. Il ne sentait plus les battements de coeur dans la drôle de pierre. Il tomba dans le regard d’une petite fille penchée au-dessus de lui. Il recula de surprise. Il regardait la petite fille toute entière. Elle avait des ailes pleines de couleurs. Elle s’avança doucement en souriant et dit :

— merci de m’avoir raconté la lumière

Le petit garçon encore sous le choc bégaya :

— mais … mais tu as des ailes !?!

Elle murmura :

— Ces ailes, toi seul peut les voir. Racontes-moi encore ta lumière.