Dolorem

J’ai cru voir un Ange
Et dans ses yeux, le reflet
De la beauté du monde

Il m’a parlé
Il m’a dit que tout n’était pas que fange
Que tout n’était pas immonde

J’ai cru sentir un Ange
Et entre ses bras, la chaleur
De la bonté humaine

J’ai compris que les douleurs
N’étaient pas vaines
Cela m’a paru étrange

Il s’en est retourné
Me disant que la terre est féconde
Et que bientôt viennent les vendanges

J’ai cru en un Ange
Et dans ses yeux, le reflet
De la beauté du monde