Aux ballades immobiles

Et si, du bout des doigts, je devinais vos lèvres
Partir si loin et rester figé
N’osant pas, fébrile

Ne sachant pas si c’est rêve ou réalité

N’osant pas, de peur que la réalité s’évanouisse

Ne laissant, sous mes doigts, qu’une presque sensation

Je ne bouge pas
J’en crève d’envie
Je dois savoir

Et si ce n’était qu’un rêve ?

Je perds tout ?
Et si j’entretenais ma fièvre ?

Après tout, rêve ou réalité

Tout est histoire de perception
Si mon rêve semble plus vrai
La réalité est-elle chimère ?

Je ne veux pas savoir

Au diable l’envie
Rester figé et partir si loin
Et si, du bout des doigts, je dessinais tes lèvres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s