à toi, la mouche du coche

Toi l’impotent
Qui brasse plus d’air
Qu’un moulin à vent
avec une telle rage

Toi l’inopportun
Qui t’accapare la réussite d’autrui
Bien incapable que tu es

Toi le parasite
Tu m’insupportes
Toi qui nuis
Tu me désoles

Mais le temps à ses avantages
Et décape les faux-semblants
Même si le mensonge te va bien au teint
Je te rappelle cet adage

Qui sème le vent…